L’oldtimer Galerie Toffen propose une vente aux enchères au Swiss Classic World. Rappelons que c’est le seul salon de la voiture de collection en Suisse.

Ce salon réunit les clubs, des concessionnaires, des artisans et beaucoup d’autres acteurs du monde de la voiture de collection. Plus de 40 voitures seront proposées pendant les enchères au Swiss Classic World. Nous en avons sélectionné quelques-unes, avec lesquelles nous avons eu le privilège d’effectuer quelques tours de roue. C’est avec grand plaisir que nous vous présentons ces véhicules datant des années 1934 à 1999.

Bentley 3.5-Litre de 1934 | Aux enchères au Swiss Classic World

1934 Bentley 3.5-Litre Drophead Coupé - Park Ward carrossa la plupart mais aussi Mulliner, Saoutchik ou Vanvooren - Enchères au Swiss Classic World.

1934 Bentley 3.5-Litre Drophead Coupé – Park Ward carrossa la plupart mais aussi Mulliner, Saoutchik ou Vanvooren – Enchères au Swiss Classic World.

Le véhicule est présenté au public en septembre 1933, soit peu de temps après le décès de Henry Royce. Il s’agit du premier nouveau modèle faisant suite à l’acquisition de la marque Bentley par Rolls-Royce. Cette série, équipée du moteur 3.5-Litre, se reconnaît aux lettres, de A à F, gravées sur les châssis. En effet, pour ne pas froisser une clientèle superstitieuse, les numéros 13 et 113 n’ont jamais été utilisés. Ce moteur s’est retrouvé sur 1177 véhicules au total. Véhicules qui, pour la plupart, ont été carrossés par Park Ward. Mais d’autres carrossiers, tels Gurney Nutting, Thrupp & Maberly, James Young ou encore Vanden Plas, ont également habillé les châssis / moteur de ce modèle.

Modèle présenté aux enchères

La Bentley 3.5-Litre proposée aux enchères au Swiss Classic World est un cabriolet 4 places, bleu marine, intérieur en cuir rouge. La carrosserie est signée Park Ward. Livrée neuve en Angleterre, cette voiture a roulé sur sol suisse à partir de 1973. Conduite avec parcimonie, elle a reçu tous les soins dignes de son rang. Elle présente une très belle patine et se trouve dans un excellent état. La portière conducteur est lourde et s’ouvre à contresens. Le levier de vitesse gêne l’accès au siège. En tout cas, l’expression se glisser sur son siège prend ici toute sa signification. L’assise est très basse. Le volant est immense. Le levier de vitesse touche votre jambe droite. La mise en route est originale. La preuve par l’image.

La prise en main

Le moteur démarre au quart de tour et le passage des vitesses est relativement souple. Pour information, seuls les troisième et quatrième rapports sont synchronisés. Il s’agit d’une voiture imposante, dont les standards de l’époque sont aux antipodes de ce que nous connaissons aujourd’hui. Nonante ans se sont écoulés : pas de direction assistée, pas de freinage assisté, un pare-brise étroit, un capot immense, des ailes avant supportant les deux rétroviseurs. Nous sommes dans un autre univers. Mais le charme opère. Et puis, cette Bentley 3.5-Litre de 1934 se transforme en cabriolet 4 places. Petite remarque, le plancher est creusé pour les passagers arrière.

Si vous êtes amateur des années 30, ce cabriolet est une opportunité à saisir lors de la vente aux enchères organisée par l’Oldtimer Galerie au Swiss Classic World.

Cadillac Série 62 | Années 40 ou années 50

1954 Cadiilac Série 62 - Pare-brise en deux parties, chromes, roues flanc blanc, les années 40 en Amérique - Enchères au Swiss Classic World.

1954 Cadiilac Série 62 – Pare-brise en deux parties, chromes, roues flanc blanc, les années 40 en Amérique – Enchères au Swiss Classic World.

1954 Cadiilac Série 62 - La volonté d'exprimer toute la puissance américaine au travers de l'automobile - Enchères au Swiss Classic World.

1954 Cadiilac Série 62 – La volonté d’exprimer toute la puissance américaine au travers de l’automobile – Enchères au Swiss Classic World.

Grâce à notre machine temporelle, nous voici quelques années plus tard. Face à nous se trouvent deux Cadillac Série 62. La première date de 1941 et la seconde de 1954. Aussi longues que notre Bentley, elles sont plus larges, voire très large pour la version 54. La série 62 a connu une longue carrière allant de 1939 à 1964. Sept générations se sont succédé.

Cadillac Série 62 de 1941

1954 Cadiilac Série 62 - L'intérieur vert et beige est en harmonie avec la carrosserie jaune paille - Enchères au Swiss Classic World.

1954 Cadiilac Série 62 – L’intérieur vert et beige est en harmonie avec la carrosserie jaune paille – Enchères au Swiss Classic World.

La première génération

Commençons par la Série 62 de 1941 qui fait partie de la première génération. Ce cabriolet quatre places a été carrossé par Fisher. Il dispose d’un moteur V8 de 5.7-Litre associé à une boîte automatique à deux rapports, L pour Low et H pour High. Plus le R pour marche arrière et N pour le neutre. Produite à près de 6000 exemplaires en une année, cette série représente 45 % des ventes de Cadillac.

Modèle présenté aux enchères

Cette Cadillac de 1941 se présente dans une robe jaune paille d’une excellente facture. Les chromes, omniprésents sont en parfait état. Aucun défaut apparent n’altère cette immense carrosserie. Les phares sont intégrés dans les ailes avant. Les roues arrière sont carénées. La porte avant s’ouvre largement sur la banquette qui peut accueillir trois personnes. Le confort est agréable. La boîte automatique est souple et le gros V8 ronronne de plaisir. La vision à 360 ° est excellente lorsque la voiture est décapotée. Un seul rétroviseur de petite taille offre une vision arrière insuffisante. Ce modèle a fait l’objet d’une restauration entre 1989 et 2008.

Voiture rare sur le marché suisse dans cet état. À ne pas négliger lors des enchères au Swiss Classic World.

Cadillac Série 62 de 1954

1954 Cadiilac Série 62 - Direction assistée. vitres électriques, boîte automatique, le standard chez Cadillac - Enchères au Swiss Classic World.

1954 Cadiilac Série 62 – Direction assistée. vitres électriques, boîte automatique, le standard chez Cadillac – Enchères au Swiss Classic World.

La quatrième génération

Cette Cadillac de 1954 représente la quatrième génération. Il s’agit d’un Coupé De Ville, soit la finition haut de gamme de cette série. À noter qu’elle existe en deux et quatre portes. Le style diffère de la première génération. Elle est plus longue et plus large. Son moteur est un V8 de 5.4-Litre accouplé à une boîte automatique à deux rapports.

Modèle présenté aux enchères

Avec cette version de 1954, nous changeons de dimension. Tout en rondeur. L’ère des ailerons arrière voit le jour. Ceux-ci sont encore discrets. Les échappements sont intégrés dans le pare-choc arrière. Un monogramme doré Coupé De Ville est apposé devant le montant de la lunette arrière. Six personnes voyagent confortablement. Le moteur V8 est très discret. Le lourd coupé se meut aisément, mais demande au conducteur une certaine habitude pour le glisser dans le flot des véhicules. Quelques retouches cosmétiques à prévoir, cependant, l’auto se présente dans un bon état général.

Pour amateur de gros coupés américains. Ne la perdez pas de vue au cours des enchères au Swiss Classic World.

Lancia Flaminia | Ou le charme italien

1963 Lancia Flaminia 3B - La ligne est très équilibrée - Enchères au Swiss Classic World.

1963 Lancia Flaminia 3B – La ligne est très équilibrée – Enchères au Swiss Classic World.

Notre voyage dans le temps se poursuit. Nous voici maintenant en Italie, au temps de la Dolce Vita, dans les années 60. Pininfarina a dessiné et réalisé cette Lancia Flaminia de 1963. Elle se décline en plusieurs carrosseries : berline, coupé, sport, Touring et convertible. Une version baptisée Flaminia Sport est l’œuvre de Zagato, carrosserie en aluminium. La Touring utilise le brevet Superleggera avec un châssis en acier et, pour la structure, nous trouvons le type nid d’oiseau. Disponible en 2.5-Litre et 2.8-Litre, elle se vend beaucoup mieux que la berline. Une exécution Presidenziale, quatre exemplaires, a été développée pour la présidence de la république italienne.

Modèle présenté aux enchères

Le modèle que nous présentons est la version 2458 cm³ équipée de trois carburateurs Weber 35, d’une boîte à quatre rapports et de quatre freins à disque Dunlop. Sa livrée noire tranche sur un intérieur en cuir rouge, d’excellente facture. Il faut noter qu’une restauration intérieure et extérieure a été réalisée entre 1990 et 1991. Le dessin du véhicule est bien proportionné. L’accès à bord est facilité par une porte qui s’ouvre largement. Les sièges sont d’un grand confort. Face au conducteur, deux grands cadrans regroupent kilomètre/heure, tours/minutes, essence, huile, eau, etc. Le levier de vitesse est positionné près du siège conducteur, à droite, le long du tunnel de transmission. C’est une position inhabituelle qui demande un léger temps d’apprentissage.

La prise en main

Le V6 tire son épingle du jeu malgré un poids important à déplacer (1320 kg). Les quatre rapports synchronisés s’enchaînent silencieusement. Le volant, à la jante mince, facilite les manœuvres à basse vitesse grâce à son grand diamètre. Ce coupé haut de gamme pour l’époque permet à quatre adultes de voyager confortablement et, sans doute, sur de grandes distances. En 1963, ce coupé coûtait CHF 29 700. Pour mettre le moteur en marche, la clé se trouve à gauche du volant. Vous devez d’abord la tourner, puis pousser pour lancer le moteur.

Ce coupé Flaminia est une très belle opportunité lors des enchères au Swiss Classic World. Elle a été expertisée vétéran en mai 2022. N’hésitez pas à investir, car cette version n’a été fabriquée qu’à 970 exemplaires. De plus, nous rappelons qu’elle est équipée de trois carburateurs Weber 35, en lieu et place d’un double-corps Solex.

Dodge Coronet R/T 440 | Un Muscle Car américain aux enchères au Swiss Classic World

1967 Dodge Coronet R:T 440 - La décennie des Muscle Car entre 1964 et 1974 - Enchères au Swiss Classic World

1967 Dodge Coronet R:T 440 – La décennie des Muscle Car entre 1964 et 1974 – Enchères au Swiss Classic World

Les Muscle Cars américains ont fait rêver un grand nombre de conducteurs européens. Moteurs énormes (Big Block), puissances démoniaques (pour l’époque) et sensations fortes au volant. Que ce soit Chevrolet, Pontiac, Mercury, Ford ou encore Dodge, toutes ces marques ont proposé ce type de véhicules. Leur but, être présent sur ce marché très prisé des jeunes américains. Signe identitaire de la génération des Baby-Boomers, le Muscle Car a un moteur d’une cylindrée supérieure à 6.0-Litre. Le tout premier Muscle Car est produit par Chrysler en 1955 avec sa série 300 (pour 300 chevaux). La période reine est comprise entre 1964 et 1974.

Modèle présenté aux enchères

Notre Muscle Car se présente sous les traits d’une Dodge Coronet R/T 440. 440 désigne la cylindrée en pouces cubes. Cela correspond à environ 7200 cm³. Cette Dodge était la vedette du stand au salon de Genève en 1967. Achetée par un amateur bernois, elle reçoit sa première immatriculation en avril 1967. Puis, elle passe 43 ans chez son second propriétaire. Hormis une peinture neuve (couleur d’origine), elle est dans son état de 1967. Mis à part le siège conducteur défectueux (son propriétaire a décidé de ne pas le réparer), cette Coronet est 100 % d’origine et fait partie de la cinquième génération de ce modèle.

Un bolide 100 % d’origine

Équipée du 7.2-Litre, la Dodge Coronet R/T 440 reçoit la boîte automatique TorqueFlite à trois rapports conçue par Mopar. Le premier tour de clé réveille ce V8 monstrueux. Pas de doute, il s’agit bien d’un de ces V8 au bruit inimitable. Malgré son âge, 55 ans, cette version est facile à conduire. Attention toutefois sur route humide, car le concept de fabrication est rudimentaire. Le confort est bon, la boîte de vitesses est douce et le moteur ne demande qu’à monter dans les tours. Elle a passé sa dernière expertise vétéran en 2018.

Vous êtes en présence d’un authentique Muscle Car, 100 % d’origine. Pour amateur averti qui considère que ce genre de bolide est fait pour rouler. À ne pas laisser dormir au fond d’un garage.

BMW Série 2002 Turbo | Une furie turbocompressée venue d’Allemagne

1974 BMW 2002 Turbo - Extensions d'ailes visées sur la carrosserie, signe distinctif de la Turbo - Enchères au Swiss Classic World.

1974 BMW 2002 Turbo – Extensions d’ailes visées sur la carrosserie, signe distinctif de la Turbo – Enchères au Swiss Classic World.

La série 2002 de BMW est apparue en 1968. Son moteur de 1990 cm³ développait tout juste 100 chevaux. Dès 1971, apparaît une injection Kugelfischer qui augmente la puissance à 130 chevaux. Lancée au salon de Francfort en 1973, la 2002 Turbo (E20) est la première sportive turbocompressée de cette catégorie. Pour mémoire, la première auto turbo est la Corvair Monza Spider de 1962. Fabriquée à 1672 exemplaires entre 1973 et 1975, elle sera retirée du catalogue en raison de son caractère trop impulsif pour la grande majorité des conducteurs. Pour l’anecdote, l’autocollant 2002 Turbo (écrit à l’envers) apposé sur le spoiler, semblait trop provoquant à une partie de la classe politique allemande. N’oublions pas que nous étions alors en pleine crise pétrolière.

Modèle présenté aux enchères

Datant de 1974, le véhicule a été livré à Bienne le 8 mai et immatriculé le 9. L’actuel propriétaire détient cette Turbo 2002 depuis 1976. La combinaison de couleurs, gris extérieur / noir intérieur, est des plus classiques. La voiture est pourvue d’une boîte Getrag 232 à quatre rapports et de jantes en magnésium BBS, d’époque et homologuées. Ce qui est excessivement rare. Bientôt 50 ans, mais toujours aussi caractérielle. L’habitacle ne respire pas la joie, cependant il est fonctionnel. Les cadrans affichent le strict nécessaire et la pression du turbo est reléguée sur le tableau de bord sur la droite. Extérieurement, la Turbo se reconnaît à ses extensions d’ailes vissées sur la carrosserie. À noter que le dessin de la 2002 est de la patte du designer italien Michelotti.

La prise en main

Globalement, cette BMW 2002 Turbo a bien vieilli. 78 678 kilomètres d’origine, selon les documents fournis par le propriétaire. Au volant, on est d’abord dérouté par la taille microscopique du seul rétroviseur extérieur, côté conducteur. Les sièges maintiennent bien. Les rapports passent sans à-coups. La 2002 Turbo vient de recevoir son expertise vétéran en mai 2022. Gage de fiabilité et de sécurité pour un véhicule de ce type. Toutefois, et nous insistons, cette BMW peut devenir enragée. À ne pas mettre entre toutes les mains. En effet, à allure normale, elle se comporte comme n’importe quelle 2002. Mais dès que la turbine est en pleine charge, la mécanique devient sauvage. Le phénomène se produit à chaque passage de rapport.

Sur ce type de BMW, il n’existe aucune aide à la conduite. Vous savez maîtriser la fougueuse ou vous sortez de la route. Réfléchissez bien si vous pensez enchérir au Swiss Classic World, le 28 mai 2022.

Ferrari F355 | Un vent de F1 aux enchères au Swiss Classic World

1999 Ferrari F355 F1 - En version ouverte, c'est son meilleur profil - Enchères au Swiss Classic World.

1999 Ferrari F355 F1 – En version ouverte, c’est son meilleur profil – Enchères au Swiss Classic World.

Notre voyage se termine et c’est la benjamine de notre sélection que nous vous présentons. Beaucoup d’entre vous connaissent déjà la Ferrari F355 F1. Dessinée par Pininfarina et fabriquée entre 1994 et 1999, elle succède à la 348 et précède la 360. Plus de 11 000 exemplaires sont sortis des usines de Maranello. Son V8 de 3498 cm³ est installé en position longitudinale centrale arrière. Deux versions sont disponibles : un coupé et un cabriolet. Une rare version Challenge, destinée au championnat F355 Challenge, ne fut construite qu’à 109 exemplaires. Une autre série, la Fiorano, forte de 100 unités, a été fabriquée pour clore le modèle F355. Elle se reconnaît à une plaque numérotée vissée sur le tableau de bord.

Modèle présenté aux enchères

La F355 est livrée en standard avec une boîte de vitesses à six rapports. Celle de notre prise en main possède la transmission manuelle automatisée (F1). Le levier de vitesses est remplacé par des palettes au volant. Immatriculée neuve en Allemagne, elle rejoint la Suisse en 2002. Son vendeur est le troisième propriétaire. L’auto affiche 54 578 kilomètres. De nombreux travaux ont été effectués et le dossier fourni contient tous les documents de suivi de la F355. Sa dernière expertise a été faite en mai 2022. Livrée rouge et intérieur en cuir noir. Notre modèle est en très bel état. Pas de griffures ou autre témoin de maltraitance.

La prise en main

On descend vers le siège conducteur. Contact. Rugissements du V8. Les sonorités sont plus aiguës que celles d’un V8 américain. À chacun son style. Appuyons sur le bouton Auto après la mise en route. La palette de droite monte les vitesses, celle de gauche les descend. Quant à la marche arrière, il faut soulever le petit moignon de levier de vitesse et le tirer vers l’arrière. Le R s’affiche sur le tableau de bord indiquant que vous allez reculer. Avant la prise en main, notre F355 est restée décapotée en plein soleil. Aussi, lorsque vous saisissez le moignon, eh bien, vous vous brulez les doigts. Un conseil, si vous achetez cette voiture et qu’elle reste au soleil, protégez le petit levier.

Une belle opportunité à saisir lors de la vente aux enchères au Swiss Classic World.

Vintage Car Magazine vous donne son avis

1967 Dodge Coronet R:T 440 - Moteur de 7.2-Litre, vedette du stand Dodge au salon de Genève 1967 - Enchères au Swiss Classic World.

1967 Dodge Coronet R:T 440 – Moteur de 7.2-Litre, vedette du stand Dodge au salon de Genève 1967 – Enchères au Swiss Classic World.

1963 Lancia Flaminia 3B - Ce modèle existe en berline, coupé, sport, touring et convertible - Enchères au Swiss Classic World.

1963 Lancia Flaminia 3B – Ce modèle existe en berline, coupé, sport, touring et convertible – Enchères au Swiss Classic World.

Toutes bonnes choses ayant une fin, nous voici arrivés au terme de nos différents essais. Difficile de comparer ces véhicules. En effet, chacun occupe une époque et un créneau différents. Nous avons essayé de vous présenter des automobiles provenant de décennies différentes. Abstraction faite de quelques retouches cosmétiques à prévoir, par-ci par-là, ces autos sont toutes en bon, voire très bon, état. À vous de savoir, maintenant, quel type de véhicule vous recherchez et quelle époque a vos faveurs.

Pour ce qui nous concerne, nous avons pris énormément de plaisir à effectuer ces quelques tours de roue. Si nous devions orienter notre choix, et cela n’engage que nous, notre préférence irait, en premier lieu, à la Dodge Coronet R/T 440. Un Muscle Car 100 % d’origine. En second lieu, nous nous tournerions vers la Lancia Flaminia 3B. Elle reflète le luxe italien des années 60. Ce véhicule est également en parfait état et l’on peut encore faire de longs trajets à son bord. Et vous, quel serait votre choix ? Ne manquez pas le Swiss Classic World à Lucerne, du 27 au 29 mai 2022. La vente aux enchères organisée par l’Oldtimer Galerie s’y tiendra, elle, le samedi 28 mai.

Un grand merci à l’Oldtimer Galerie pour leur confiance. Ils nous ont permis de réaliser ce reportage en nous mettant ces divers véhicules à disposition.

Retrouvez tous les véhicules mis aux enchères au Swiss Classic Word par l’Oldtimer Galerie.

Les illustrations de cet article sont Copyright © de leurs ayants droit. Tous droits réservés ©2021 Vintage Car Magazine – Oldtimer Galerie.